DanleMiel & Para Ad

Toute la vérité rien que la vérité

In DanleMiel, Electronica, Para Ad, Poetronica on 15 novembre 2013 at 5 h 40 min

Lors de rares moments de clarté
Sous le nouveau ciel de polymère
À la une de la fiction globalement ficelée
Que chaque article signe une palinodie
Du précédent sans compter le nombre
De revirements de cap élogieux
Tout va à veau l’eau tant mieux
Tant pour l’économie vive la guéguerre

Pas toujours facile à gérer
Son sérieux devant l’apocalypse
Imminent au bout de la tempête
Jamais avant la catastrophe
Vous remarquerez au prochain strophe
Nous reconstruisons un à un
Les signes saignés de l’encre
Le sang édénique
Des chapitres sur la fin
Qu’on applaudira à notre
Propre commencement
Un barreau de l’échelle
Plus haut dans les vertèbres

Sur la mappemonde 4d nous
Disposons de la capacité de choisir
Dans la réalité l’équivalent de
Cafards dans une nappe de vin
En ce qui nous concerne
Nos os recouverts de peau
Qui se prennent pour Dieu
Ho boy! On est pas sorti du bois

Des systèmes venus de la poussière
Dans ce poème pas fait pour plaire
Avant de retourner à la poussière
Partout ailleurs pendant ce temps
Songeons plutôt à combien
Uniques points de perception
De son propre nombril

En duel avec notre âme
Déguisée en monde extérieur
Pour les besoins de l’éclairci
Solo propre à chacun dans l’illusion
Ensemble nous sommes deux trois
Uni_vers mille uni-vers

Comme le mot le hurle si bien
UNI-vers nous avons chacun
Risible emprise qu’est la nôtre
Sur le cours du réel dessiné
Par le courant électrique d’être

Au point que nous reflétons
Dans une parfaite asymétrie
Chacun nos déficits et fractures
Sur le grand écran des limites
Que ces corps nous amputent

Calculons puisque c’est l’avenir
La fonction de multivers à chaque
Chemin de traverse quand nous optons
Ainsi que des univers parallèles et
C’est sans parler des Nations_Unies
Qui eux vont nous pourrir la vie

Sans pour autant nous ramener
À l’essentiel des messagers
Sur des chariots de feu à venir
Nous annoncer l’évidence même
Que nous sommes très attirants
Pour des vampire pas trop regardant
Sur notre hameçon sans plomb
Dans la cervelle raison pour laquelle
On nous a alourdi gauchi ralenti
Bref tout fucké notre ADN fini la magie
En échange de plus de sensation

(Pause publicitaire du
Parti Conservateur du Canada:
-"Pire que Rob Ford* le lendemain
De la fameuse nuit sur la patente
Avec des types qui l’ont filé connards
Quand à l’allégation de ses contacts
Chez les travailleuses du sexe
Il a répondu: Je suis un homme
Heureusement marié, je gagne bien
Ma vie, il y a suffisamment
À manger à la maison! On se
Serait cru la Saint Valentin!")

Qu’entre-nous soit dit nous
N’en sommes plus à la théorie
Étant donné que chacun est maître
De son univers propre

Pour obtenir réparation
À l’accident de mon désir
Chaque fois inassouvi le trou noir
Aussitôt dit que fait nous aspire
Vers la noirceur du prochain
Hoquet  de feeling à satisfaire

Pulsion possessive inéluctable
Notre condition ressemble bizarrement
À de la punition encapsulée à chaque
Soupire le chemin tourne encore
Sur nous-mêmes pliés en trois

Si ce n’est au centre de mon univers
Moi et mes êtres parallèles
Ainsi que mon étincelle éternelle
Dans l’âme générale à un souffle
De la grande marmite unitaire
Avant que tout ne soit youpi à refaire

En priant que ce sera im-po-ssible
Autant que possible tant qu’à faire
Donc je mens parce que j’aime le vent
Je triche puisque c’est permis

Avec les moins évolués, exemple
La manière dont les animaux parleurs
Dominent les animaux non-langagiers
Soit disant non conscients
Parce que nous ne comprenons pas leur
Langue

À quoi bon sourire?
Quand je sais que tu
Voudrais me refaire le portrait
Au couteau exacto que tu traines
Pour moi je crois
En ton inspiration sculptrice
Au bon vieux couteau à prélart
Et je te signale que pour ma part
Avec toi je suis d’accord

Sauf que notre alliance cet éclair
De clarté dans les veines
Que tu m’as montré plie la cuillère
Non merci j’ai assez pris de café

Le film a des ratés
Autrefois luminaire qui a muté
La nuit à l’université transparente
Et les veines mangeuses de clarté
De la poussière originaire

Devenue la membrane d’un réseau
Armé de substance et dangereux
Mais vous ne craignez rien ce soir
De ma dégaine de petit voyou
J’ai le don plein les veines
Je consiste en un sacrifice

À savoir que déjà tous nous allons
Atteints sans avoir enregistré
Le séisme du réel pour Fukushima
Nous pouvons compter finir
Nos jours dans les souliers
D’un zombie prêt à dévorer
Le visage du prochain passant
À tout moment maintenant!

*(Rob Ford, maire de Toronto, ayant admis consommer du crack avec vidéos virales de menaces de mort sur Youtube à l’appui.)

6c6ed231-09f1-4a17-bda3-673cf7dc147e_980x551

3 tounes en Inglitch

In DanleMiel, Electronica, Experimental, live, Para Ad, poésie, Poetronica, poetry, spokenword on 12 novembre 2013 at 2 h 36 min

86c1db9f-ba13-446c-a7b7-d4fa0e7d0531_980x551

SO UGLY

Why is the world so ugly
If we made it for me
Left and right these stairs
Churning souls into lightness
Coming to make it rightness
Squeeze me like toothpaste
Help me resurrect my faith
Why is the world so ugly
Why is the world so ugly

Why is the world so ugly
If you made it for me
Why is the world so ugly

551007b5-6e36-47e9-acfa-c9bd2efbc502_980x551

WHICH WAY IS UP

Which way is up?
Wake up from the dream
Which way is up?
Which way is up?
Which way is up?
Which way is up?

Wake up from the dream
Wake up from the dream

Which way is up?
Wake up from the dream
Which way is up?
Which way is up?
Which way is up?
Which way is up?

a8f682f9-4964-4769-9db1-c0de5515b1cb_980x551

MAKE ME TAKE ME

Make me take me
Learn me teach me
How to break me
Learn me to break me
Take me take me
Take me Make me
Take me take me

Shout take me
Make me take me
Learn me to break me
Teach me to make me

Take me take me
Take me Make me
Take me take me

DanleMiel, lyrics
Music: Para Ad 2012
a94be52d-e437-4761-b49e-a90b4c09df6b_980x551

 

 

 

 

On ne peut pas dire que je me fends d’envolées lyriques dans ces trois pistes, c’est vrai… En ma défense, c’étaient des prises de voix pour chœur, à être utilisées en sourdine derrière un autre texte. Or une fois enregistrées cela m’a paru suffisant pour traduire ma pensée comme ça! Sans le reste… Sinon cela devenait cacophonique. Il est bon de savoir quand s’arrêter sur une œuvre, que ce soit un tableau ou une chanson, c’est fondamental.

Silence: Tout recommence!

In DanleMiel, Electronica, Para Ad, poésie, Poetronica on 21 octobre 2013 at 16 h 40 min

Pour autant que cette vérité
Continue d’être ‘made’
In élastique perception
Le revirement de pronostic
Participe du leurre
En ces années de crise
Beaucoup ont essuyé le krach
Ce que le silence cache
Insulte haut et fort
Les qui se retiennent

Sur la photo mal gardée
Silencieuse comme chaos
Débarque au bas mot
Un réseau tant bien que mal
À deux doigts du ruban jaune
Scène de crime Inc
Chacun se complimente
Encore de plus belle
En cliquant des ‘j’aime’
Sur Farcebook
Nos culbutes au ralenti

Vers le temps des cavernes
Grand cru révolution
Frôle la tôle de l’ arc-en-ciel
Dans ces champs les tavernes
Pousseront comme champignons
Le bonheur is ‘more’ magique
De ta longue queue
Qui longtemps me gigotera
Dans le delta du dos

À la une point deux
De tous les cerveaux
Chômage massif
Propos haineux
Outrage à outrance
Hausse du tarif de ratage
Dans un film détourné
Aux archives à castrer pro-rata
Agrégat sommaire des idées
De manquement de carats élucidés
Dans le dossier plus chaste
Que des rats de labos
À la chasse aux serpents
Sniffant leurs placebos
Dans le blanc d’un sarrau
Charmeur de sornettes

Loin d’ici l’on transporte
De charmants orateurs
Aux mots grêlant couleur de sang
Et la mère et l’enfant
Vers la fin du secret sommaire
Qui nous montre enfin ses dents
Toutes absolument fausses
Au royaume de la prothèse rose

Même la peau sur le dos
De jolies dangereuses panthères
Ne nous appartient guère
Plus qu’aux trafiquants de vent
Connards à la solde du Nobel
Da la Paix aux poubelles
Poudre en l’air ou poussière
Tornades de sable mouvant
Pour les retours d’après vente
Consultez nos agents
Littéraires téméraires gourous

Doubles parfois triplement
Combattants vivement la drogue
Et sa guerre à retardement
Ce désert aux longues dents
Par et pour la pure affaire
Complètement pharmac-o’militaire
Mais d’abord abordons ces
Quelques questions terre à terre

À l’ordre du jour: demain?
Figure-t’il au plan de match
Le gras de cadavre: Hein?!
Un tel changement ça se ‘watch’
Que plus rien de mesurable
Ne méritera la haine sismique
D’être sauvegardé pour mort
En grosse ‘batch’ de mauvais sort

Attendra-t’elle à destination
Vers la soute du temps
À la porte du désert
Sous la pancarte:
"Bienvenue les mutants"
Mais d’abord la mer
Non, pas la tienne en particulier
Celle du ‘fallout’ nucléaire
Surfant l’eschaton sans mesures
Comme une pépite de silence
Derrière des barreaux de filaments

Régurgitant la perle qui parle
En concepts vivipares
C’est à dire d’une platitude
À en déraciner les pyramides
Qui du fond des océans émergeront
Avec leurs consœurs triploïdes
Pour ne plus détonner dans la formule
De tout ce qui est possible
Se présente sous trois facettes
Trois jeux de chromosomes
Avant leur modification hérétique

Quelques mystères aussi
S’extirperont from "the sea"
Plus rapidement que leurs congénères
Aux géantes conclusions
Encore non-modifiées
Afin que tout ne recommence
Dans un pure et parfait
Silence!!!

Si, si, do!…

DanleMiel, texte
Para Ad, musique

Cosmic-Storm-1995835

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 171 followers